Étonnant : Deux véhicules amphibies pour la police municipale

Publié le

Pour la première fois dans son histoire, la police municipale s’équipe de véhicules amphibies pour faire face aux fortes inondations ayant touché la région des Alpes-Maritimes par le passé. Découvrez ces nouveaux véhicules d’interventions.

Véhicules de police d'intervention dégâts des tempêtes

Un des deux « Hägglunds » de la police municipale – Images fournies par le service communication de la ville de Mandelieu-La-Napoule

Une forte volonté d’anticiper les catastrophes

Face à un phénomène de dérèglement climatique grandissant, la commune de Mandelieu-La-Napoule a tiré la carte de l’anticipation en offrant à ses agents un moyen d’intervention de taille. En effet, les dégâts causés par le changement climatique sont restés dans les mémoires des habitants de cette ville de 22 000 habitants dans le département des Alpes-Maritimes. Le soir du 3 octobre 2015, l’ouest du pays n’a pas été épargné par des intempéries destructrices, tout comme la saison d’automne 2019. Le lourd bilan humain et matériel causé par le déluge a donné l’occasion de mettre en lumière le manque flagrant de moyen d’intervention sur le territoire : un investissement conséquent a été débloqué en pleine conscience de la forte probabilité que ces inondations se multiplient dans les années à venir.

Mais qu’est-ce que les Hägglunds BV 206 ?

Initialement conçus pour l’armée suédoise, ces véhicules d’interventions sont dotés de chenilles pour se déplacer, ce qui leur permet d’une part de franchir des obstacles peu importe les conditions climatiques, mais également se déplacer en zone inondée en flottant jusqu’à une vitesse de 5 nœuds ! Cet engin tout-terrain d’une valeur de 400 000 € dispose d’une capacité de 17 personnes (pilote compris) et pourrait jouer un rôle des plus important dans l’assistance des personnes en danger sur des terrains dits « impraticables ». Malgré ses quatre tonnes à la pesée, il peut tout de même atteindre les 75 km/h grâce à son moteur de 136 CV (Mercedes). De plus, ses grandes capacités d’adaptabilité en font un dispositif des plus efficaces dans le cadre d’opération sur des lieux difficiles d’accès. Les agents sont déjà engagés dans des formations concernant les interventions à l’aide de ces véhicules qui pourront également porter assistance au pompier pour des incendies estivaux par exemple. En plus de cela, la police municipale s’est également équipée de moyens de communication dernière génération et d’une brigade d’intervention spécialisée au sein de la « Direction Générale des Services Techniques et de la Police Municipale »

Un projet de grande envergure

Bien qu’il soit déjà très couteux et ambitieux, cet investissement n’est pas le seul dans le cadre de la prévention de ces risques récurrents : l’initiative s’inscrit dans un vaste projet de sécurisation du territoire. Le projet PAPI (Programme d’action et de prévention des inondations) a été engagé quasiment instantanément après les évènements tragiques de 2015 pour un budget total de 8 millions d’euros. La pose de 38 batardeaux (barrière anti-crue amovible) a été mise en place l’année dernière ainsi qu’un achat de quatorze hectares de terrain qui servira de « zone d’expansion de crue ».

L’acquisition de ces nouveaux véhicules contribue au vaste projet engagé dans le cadre de la prévention des risques d’inondations et de submersions. Conscient des énormes risques potentiels, la police municipale de la ville est désormais préparée au mieux pour faire face à des interventions difficiles par leur grande capacité opérationnelle.

Découvrez la vidéo de présentation réalisée par la ville de Mandelieu-La-Napoule

LA VIDÉO DE PRÉSENTATION

 

Véhicule pour anticiper les catastrophes naturelles liées au réchauffement climatique

Un des deux « Hägglunds » de la police municipale – Images fournies par le service communication de la ville de Mandelieu-La-Napoule